Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par envoyé par Pierre Teurnier


Bonjour à tous!

Les paralpinistes existent aussi, même s'ils sont très (trop) discrets et si leurs vols sont moins spectaculaires!!

Alors allons y: Ce coup ci encore je pars seul car les autres du groupe: Marc et Marc, Jean-Marc, Michel, Serge, etc. sont au boulot ou en vacances. Je ne déteste pas, au contraire. Voler seul donne une autre dimension au parapentecelle d'expérimenter sa propre autonomie, avoir à tout décider seul, sans discussion concertée avec les autres sur le vol.

21652748-002518.jpg Mercredi 18 donc, départ pour La Bérarde, dans le Massif des Ecrins et montée au refuge de Temple Ecrins (2410m.). Bonne bouffe et acceuil très sympa.

Jeudi: lever 4h. pour le Col des Avalanches (3499M.) entre le Fifre et la Barre sud des Ecrins face sud. Vue impressionnante sur le Glacier Noir 400m. en contrebas du couloir d'un côté et les Rouies de l'autre.

Le soleil vient de se lever et éclaire le haut du couloir et au loin les Rouies que j'ai "volée" il y a près de 10 ans déjà. Décollage tranquille sans crampons avec vent un quart de côté sur le glacier pour un vol très élévé (1760m.) sur le vallon du Vénéon pour rejoindre en bas la Bérarde et son petit déjeuner! Le soir, après la sieste, remontée au refuge du Chatelleret (2232m.) pour passer la nuit.

Vendredi, lever 4h. pour le Col de la Casse Déserte (3483m.). Je me suis gourré dans la nuit et me suis retrouvé au Col du Clos des Cavales à 3100m. Difficile de trouver de la neige pour étaler: ce col est une immense moraine de gros cailloux. Finalement j'arrive à trouver 28m2 pile pour la voile dans un endroit très pentu et à travers vent... Une heure pour enlever les cailloux, installer les petits piquets pour faire tenir la voile sur le névé pentu, protéger les suspentes et attendre un semblant de vent de face. Je n'ai pas envie de remonter et réétaler.. Ça part du premier coup. Je suis inquiet car l'attéro est loin et je n'ai rien pour attérir en milieu de vallon des Etançons. Je baisse la tête et tâte l'accélérateur de temps en temps. Au milieu du vol ((1400m.), je prends une bouffre très violente que je n'arrive toujours pas à expliquer par les byzarreries du relief. Grosse abattée que je contrôle par les freins aux genoux pour ne pas tomber dedans...

Le samedi, pour me finir, je monte dans un des plus beaux vallons des Alpes: le vallon du Soreiller que surmonte l'Aiguille de la Dibonna, une des Mecques de l'Alpinisme des Alpes. Repos au refuge (2719m.) avec les jumelles, en chaise longue au soleil levant, pour apprécier la progression des grimpeurs dans cette face impressionnante de verticalité. Le fond de vallée est dans une mer de nuages: l'attéro est invisible. J'attends en espérant que le soleil chauffe tout ça et dissipe la nébia. C'est chose faite vers 9h. Je m'empresse d'étaler devant le refuge dans l'herbe parsemée de crottes de chamois. Car très tôt vers 10h. le vent de vallée est tel que le vol devient sportif. Un vol un peu trop balistique à mon goût (1200m.), mais c'est le plus souvent la règle en haute montagne. Je me prends tout de même une bouffe inattendue à 10m. sol qui fait que je me vautre devant les touristes juste à côté d'un énorme rocher que j'évite de justesse....Un parapentiste pyrénéen m'invite à boire le café...

Voilà. Carton plein, plein les yeux, plein de bonheur en dedans.

Content de partir seul et d'avoir à gérer toutes les difficultés et les décisions qu'on a trop l'habitude de gérer en groupe, diminuant ainsi l'engagement que constitue un vol inconnu en haute montagne.

La solitude, un sac "impondérable" malgré la voile montagne, l'incertitude sur la possibilité de voler, l'isolement, un milieu un peu hostile et en tout cas inconnu, une météo incertaine, des conditions aérologiques capricieuses durant le vol, des zones d'attérissage et de décollage à découvrir et aménager sur place : bref l'incertitude, la prise de risque calculée. Ça marche pourtant en respectant bien la montagne: voilà un plaisir insurpassable pour le paralpiniste. Surtout quand dame nature nous offre 4 jours durant une météo rien que pour nous être agréable, à nous paralpinistes discrets...

Des masos heureux, quoi...

Pierric

Quelques photos supplémentaires du même endroit mais daté d'avril 2006:
HPIM2085.JPG

HPIM2086.JPG

HPIM2096.JPG

HPIM2098.JPG

HPIM2101.JPG

HPIM2102.JPG

Commenter cet article

pham van minh bernard 30/07/2007 16:13

Bonjour,Le vol du Dome de miage est  un vrai bonheur, le recit: http://www.provence-parapente.com/paralpinisme-dome-de-miage-2006.htmlc etait l an dernier.Minh for Free Tibet ( never stop exploring )

Marc Lassalle 30/07/2007 14:51

Le vol des Dômes de Miage est un projet que nous avons depuis longtemps et que nous n'avons pas, encore, réalisé.Mais nous avons bien l'intention d'y aller un jour ou l'autre !On pourrait peut-être organiser une sortie en groupe là-bas ?Cette année, cela va être difficile car, pour moi en tout cas, août et septembre vont être très chargés, mais pourquoi pas en juin 2008, ce qui n'empêchera pas bien sûr d'aller avant comme prévu à l'Aiguille du Midi au printemps ?On en reparlera...Amitiés.Marc Lassalle

Pierre Zérath 30/07/2007 14:23

Même en moyenne montagne,  le vol solo-solo est  plus intense.Pour la haute montagne, je me contente encore d'en rêver...Mais j'espère bien rejoindre un jour le groupe des paralpinistes ! Et je me prépare; pourquoi pas avec des pros ? Stage du 9 au 12/8 à Chamonix avec Miage Aventure (Bertrand Doligez, qui avait aidé un groupe d'Aix pour le vol de l'Aiguille du Midi...). Pour objectif, les Domes de Miage...Si Eole nous est favorable...!  (avec  l'énergie qu'il dépense en ce moment sur la Sainte, il  lui en restera peut-être moins vers le 12 août !)Et si ça marche, je m'engage à l'organiser ensuite en "privé".A bientôt donc

Marc Lassalle 30/07/2007 13:31

Salut Pierric,Comme j'aurais aimé t'accompagner pour ces vols dans le massif des Ecrins !Mais j'étais en vacances toute la semaine dernière, loin d'Aix, et je n'étais donc pas libre.Je vois que tu as toujours un sacré mental pour vivre de tels projets en solo (le moindre pépin, genre entorse au décollage, peut entraîner de grosses galères), mais quelle joie de vivre des moments pareils !Nous avons partagé ensemble certains de nos plus beaux vols en haute montagne (Mont Blanc, Aiguille Verte, Grandes Jorasses, Grande Ruine, Pic Jocelme, Pic Coolidge, traversée des arêtes de la Meije...) et il y en aura certainement d'autres.En tout cas bravo pour ces vols !!Autant j'adore les vols en haute montagne, autant je ne pense pas avoir le mental pour les envisager seul.A chacun son truc, mais ce que tu as fait est vraiment superbe !!Amicalement et à bientôt.Marc Lassalle

Fred 25/07/2007 17:06

Super les photos là c'est vraiment le top et superbe!! merci !!!