Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Raymond d'après Bruce

Pic des mouches/Pertuis( Cross 5) from Bruce Marc on Vimeo.


                        c'est l'addition ou plutôt la fusion de trois aventures.
 

 


 la préparation du matos, le dernier check mto, le trajet voiture, la rando...autant de moments où l'on est déjà mentalement dans l'aventure, dans nos envies, nos rêves, nos fantasmes.
Le partage de ce prévol avec d'autres crosseurs est riche en échanges humains, expériences, anecdotes,  savoirs...
C'est une phase remplie d'espoirs, de doutes, d'observations. Allons nous pouvoir partir, quand, quel plaf, jusqu'où...

Deuxième aventure le vol : la joie de trouver un bon thermique et de monter, monter à laquelle s'associe l'espoir de plus en plus fort de pouvoir partir à l'aventure.
 La déception de descendre encore et encore, la crainte de finir son vol avant même que le cross ait commencé.  L'euphorie de se refaire et d'atteindre le graal, le plaf qui nous ouvre les portes d'un autre monde, fascinant d'incertitudes, de surprises, d'émerveillement.
La fascination de voir le monde, la géographie de nos chez nous sous un autre angle, c'est une véritable redécouverte. 
Allons nous trouver d'autres thermiques en chemin, jusqu'où allons nous aller... 
C'est  une phase jubilatoire où se succedent les moments d'analyses, de reflexions, de forte concentration et de detentes, de contemplation, d'espoirs, de rêves.
Le choix et l'analyse de l'atterro est un moments très intense. Une grosse erreur d'interprétation peut être très grave en conséquence. C'est peut être, en parti bien sûr, ce qui rend un bel atterro cross si jouissif ?

troisième aventure le retour : ce moment ou l'on a une banane incroyable, une joie indescriptible qui nous change la vision du monde, du quotidien, des valeurs.
Ce moment privilégié de méditation, de retour sur le vol, sur soi et bien d'autres choses.
L'aventure de devoir, parfois, retrouver la "civilisation". 
Le délire de demander aux premières personnes rencontrées où sommes nous ? quelle est et où est le village, la ville le plus proche ? 
L'aventure des rencontres que nous faisons et le partage de ce que nous venons de vivre avec des personnes qui ne connaissent pas notre univers...
C'est le plaisir de partager avec les copains parapentistes notre périple. 
Ce bonheur incontrôlable en refaisant le vol et déjà l'envie de recommencer.
Pour moi, du haut de mes cinq petites escapades, c'est un peu ça le cross.

Ceci dit le Pic des Mouches et un départ de Cross fantastique. 
C'est un merveilleux tremplin : déco  1000m avec une énorme fabrique à thermique face sud et au nord de quoi poser un peu de partout. 
Une réglementation favorable pour de très beaux et prometteurs plafs.
Une ambiance et émulation extraordinaire pour cette pratique. Nous étions pas moins d'une quinzaine de crosseurs au déco avec une rando en troupe...!!!
Merci pour l'accueil, sauf exception de certain qui ont voulu me jeter dans la fosse aux thermiques brassés par plus de 40 km/h d'est en prétextant que c'était ma présence, la première, qui était responsable de ces conditions.
N'est ce pas Mr la vedette de télévision alias Bauju !!! :)

 

Par Bruce sur le forum 

 

*******

 

Commenter cet article

Nicoc 03/06/2011 09:24



Avant j’étais schizophrène mais depuis que je me soigne on va beaucoup mieux



Pascal 02/06/2011 11:41



Sacré Nico, c'est la pluie qui te rend sensible...


Bon, c'est bien beau tout çà mais j'attends tjs la trace de ce soit-disant vol exceptionnel; car, avec fred (et pourtant son équipier), nous l'avons trouvé au puits de rians frais comme un gardon
un peu trop tôt mathématiquement...C'est vrai qu'à ERDF, 2+2, çà fait plutôt 8; donc, 138km (erdf) = 138/2= 69km(standard)... CQFD!


Et pis, vous noterez que le bougre n'a fait aucune photo!



jmr 02/06/2011 09:43



FA BU LEUX !!!


Je viens de découvrir la face cachée du Nico...du GRAND ,du TRES GRAND Nico!


merci,encore merci pour ces mots ,ces phrases,que tu as si bien trouvé pour exprimer tout ce que l'on peut ressentir,tout ce que j'ai pu ressentir....oh bien sur je ne fais pas des cross de
100kms;;;(j'y pense souvent,j'en rêve souvent....) c'est peut être ça que l'on appelle UNE PASSION!!!


Encore Bravo ,non plutôt MERCI Nico.


un fan.....


 


jm'air


 



bruce marc 02/06/2011 07:48



Bravo jm'air une petite provoque et le Nico nous sort une merveille !!!


ouhaw ! Superbe un grand merci c'est le genre de récit qui font rêver, fantasmer pendant très longtemps.


Magnifique témoignage des bonheurs que peut apporter le vol libre, le cross


Et voilà je commence à rêver de lac, de montagne de lure que j'ai longé et admiré pendant deux heures ce we face nord sans imaginer une seule fois y arriver de chez nous, ça dois être
extraordinaire...


MERCI



Nicoc 01/06/2011 22:46



Continu Bruce tu as du talent pour partager tes sentiments de vols…. Ces joies des premières fois sont les seules qui restent à jamais gravées
dans ta mémoire, ces sentiments d’euphorie de liberté je les ai vécus aussi lors de ma première vache à Ginnasservis quel bonheur d’y repenser encore aujourd’hui.


Ce que décrit Fred dans son commentaire et que je partage largement est typique des addictions. Le souvenir de la première fois nous
pousse à recommencer sans cesse sans toujours atteindre le même plaisir, pire la dose doit augmenter pour étancher notre soif.


Alors oui Jm’air le vol de ce jeudi là restera aussi dans ma mémoire pour longtemps. J’y pensais même avec de commencer à voler. A cette
époque la Coupe de Plaine Provençale était animée par ce bon Jacoulin. Quel plaisir de suivre les aventures de ce groupe d’amis à la recherche des cross les plus fous. J’ai volé par procuration
en lisant leurs récits bien avant de mettre mon cul dans une sellette. Une fois les rudiments du Vol libre assimilés mon choix était fait ce serait : le Cross.


Bizarrement ce vol flatte mon égo, me procure de la fierté je ne pensais pas voler pour ça mais même si cela me navre il faut croire que cela
en fait partie.


Les noms des montagnes les cheminements les transitions, 100 fois je les ai faites sur Google Earth, tout y  est passée ; les cartes en reliefs le nom des vallées des villages, des ruisseaux, le sens des brises tout absolument tout, il m’est même arrivé d’y penser
la nuit. Mais au final que reste –t-il ? Des chiffres : 75kmh avant le Cousson (ça fait réfléchir avant les premiers reliefs) 3200m au Traumas dans du +8ms, 138kil en 4H30 soit 30kmh de
moyenne, posé au premier barreau à Embrun… des chiffres ce ne sont que des chiffres rien en fait. Rien d’autre que ce que l’on apprend sur soit jour après jour années après années ………………….


Alors aujourd’hui à quoi je pense la veille d’aller voler.


Je pense à cette journée de débroussaillage au Garlaban, la montée au déco complètement imbibé après le casse croute pour poser la biroute, à
cette après midi  que j’ai passé au déco de signes (avec 40kmh de NO) à discuter des premiers cross de la région avec Yves, à ce vol de l’été dernier
ou je retrouve à l’atterro du Lac de ste Croix JJ, Etienne, Groogroo (en provenance de Signes)  pour une baignade. Une autre fois un thermique parfait
enroulé depuis le sol jusqu'à plus de 2000m : un petit 0.5 qui se transforme en gros + 4ms large pas turbulent pour finir dans le moelleux du nuage enivré heureux, serein. La première fois
que je vois le dragon bleu. Cet autre thermique enroulé plume dans plume avec Fred au dessus du pic ou celui qui nous permet de passer Chabre avec Willy. Retrouver Jean Luc et Loïc au péage de
Sisteron pour faire du stop à 6heures du soir. Rentrer de la brillane à 4 dans une camionnette sans sièges  qui venait de transporter du fumier. Se
poser au sommet de Lure penser à dormir sur place puis finalement redescendre à pied (quel con j’aurai du dormir là haut la tête dans les étoiles le corps dans la voile).


Descendre à pied du Pic ramasser du thym


Combien de rencontres surprenantes lors de  retours en stop (la suite du vol ou le deuxième
vol  de la journée). Toutes ces personnes qui  m’ont fait faire 5 ou 60km de plus sur la route comme ça
gratuit pour rendre service, en échange d’une conversation, d’un sourire…


 J’aime voler.


 J’aime voler en groupe avec des amis des inconnus, on ne triche pas en vol, on se
découvre même, on découvre l’autre. Combien de rencontres pour ce loisirs qui au final se pratique seul avec son aile : beaucoup certaines éphémères d’autres qui sont le début de belles
amitiés.


J’aime voler seul en autonomie loin de la chaleur et du confort du groupe, seul sans aucune influence, maitre de mes décisions.


Alors voila ce n’est pas ce cross jusqu’à Embrun qui m’a donnée le plus de plaisir il fait juste partie de ma vie pilote au même titre que
celui trois en plus tôt qui m’a amené à Ginnasservis.


Un pensée pour toi.