Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Raymond pour Tristan

 Traces-Corses.jpg

 

Voir toutes les   photos  cliquer  ICI 

 

Jeudi 16 août, le petit monde du parapente bruisse des rumeurs de vols avec posé au sommet Mont Blanc prévus pour le weekend. L’an dernier, dans de pareilles conditions, les pilotes Corses avaient réalisé de super vols. Cela me met la puce à l’oreille. Un petit coup d’œil aux emagrammes et c’est confirmé : au moins 2700m de plafond assurés pour plusieurs jours avec peu de vent sur toute la Corse. Un petit coup de fil à mon pote Guillaume qui fait la saison de canyon là bas : il a exactement le même projet dans la tête : parcourir le GR20 par les airs !

 Départ vendredi soir de Toulon et arrivée samedi matin à Ajaccio, Guyguy passe me prendre au port et m’emmène directement au bar du rendez vous de l’Altagna, un des deux clubs ajacciens. On retrouve plein de pilotes Corse avec qui j’avais volé lorsque j’avais passé 6 mois ici il y a deux ans, ça fait super plaisir ! Mais Franck, le « cador » local, n’est pas là aujourd’hui pour cause d’anniversaire. Pas grave, on va bien finir par se croiser. Direction Véro, le déco des départs en cross. 

Le décollage de Véro.

 Decollage-Vero.JPG

Décollage vers 11h30, la pompe me cueille directement à la sortie du déco, parfait ! C’est parti pour la première partie du parcours qui est plutôt classique : remonter la crête de la vallée de la Gravone qui s’élève régulièrement jusqu’au Monte d’Oro. Classique, mais les grandes aiguilles de granite sont toujours aussi impressionnantes… 

Les crêtes qui mènent au Monte d’Oro

 

Guillaume qui a un peu d’avance ouvre la route avec son avax. Les plafonds montent rapidement à 2600m. Au Monte d’Oro on hésite entre partir au Nord ou au Sud, va pour le Sud ! Première vraie transition au dessus du col de Vizzavone vers les crêtes de l’Oriente. Je mets un peu de temps pour les remonter et les suivre jusqu’au Monte Renoso. Jusque là l’itinéraire correspondait au début du tour de vallée le beau vol « classique » de Vero. A Partir de là, je ne verrai plus Guillaume que de loin et par intermittence. Ensuite les paysages sont nouveaux pour moi, j’essaye de reconnaitre des sommets et Guillaume en bon AMM joue les guides géographiques en radio. Après avoir survolé les Pozzi (paysage magnifique de petits bassins/oasis au milieu de la montagne très minérale) et la station de ski du Val d’Ese, nous transitons au dessus de la vallée du Taravo.

 


Les Pozzi

 

Quelques jours plus tôt, Franck et Momo avait réussi à rejoindre Porto-Vecchio en passant par cette itinéraire. On se prend à rêver mais on sait qu’avant cela un verrou nous barre la route : le plateau du Coscione, au pied du Monte Incudine. Il nous sera fatal à tous les deux.

Vol : Vero-Plateau du Coscione,: 48km, 3h15 de vol, plaf max 3000m, 5 étapes du GR20 survolées

La trace :

http://www.victorb.fr/visugps/visugps.html?track=http://www.victorb.fr/visuigc/21082012_201054_vero_cuccione_gpx

On pause à quelques kilomètres l’un de l’autre et on se donne rendez vous au sommet de l’Incudine pour planifier la suite. Le sac est assez lourd entre le matos de vol, le reflex, les réserves d’eau et de nourriture en cas d’attero dans un fond de vallée très perdue (ce n’est pas ça qui manque par ici). Failli marcher sur un serpent en plein milieu du chemin, gros sursaut !

On se retrouve donc au sommet avec tous les deux un grand sourire scotché aux lèvres, la vue est magnifique avec à l’Ouest le couché de soleil et à l’Est les aiguilles de Bavella, haut lieu de l’escalade Corse. On décide de descendre au refuge qui est en bas de la vallée coté Est de l’Incudine pour redécoller le lendemain matin en remontant de l’autre coté de la vallée pour rejoindre les faces Est de la crête des Aiguilles de Bavella.

 


Retrouvailles au sommet de l’Incudine sur fond d’aiguilles de Bavella

 

 

Le lendemain matin on attaque la montée en coupant à travers le maquis, on croise quelque perdrix et un petit sanglier que Guillamue hésite à chasser avec son gros couteau pour donner un coté vraiment survie à l’aventure mais le sanglier sera plus agile que lui…

Arrivée au sommet, la vue est impressionnante : une prairie qui plonge à pic dans les canyons qui font la réputation des lieux : Purcaraccia, Fiumicelli et encadrée par de grandes parois de granite parcourues par les voies d’escalade mythiques de Bavella : grandiose, mais va falloir assurer…


Notre déco du jour

 

Heureusement, deux corbeaux ont la bonne idée de quitter leur nid et de parcourir toute la crête sur laquelle nous sommes jusqu’à une grande face rocheuse pleine Est où ils commencent à enrouler un petit thermique… c’est là qu’ça s’passe, merci les gars !

On essaye de visualiser les cheminements possibles, juste au Nord-Ouest de notre position une belle crête rocheuse à souhait orientée Sud-Est nous tend les bras. Elle a intérêt à fonctionner, le fond de vallée n’est pas très engageant, en cas de vache, Guillaume annonce 6h de marche pour rejoindre la civilisation, débranchage non compris…

Il est 11h, Guillaume avec son gros mental ouvre la voie, il retrouve le thermique des corbeaux puis disparait derrière l’éperon rocheux, je lui emboite le pas, concentré. Le thermique des corbeaux est toujours là. C’est magique, je remonte le long de la crête et vois réapparaitre Guillaume qui a déjà transité sur la crête suivante. Je le rejoins rapidement et tout fonctionne comme prévu, on remonte en grattant le rocher, puis un puissant thermique nous monte à 2500m, ca va le faire !

En passant au dessus des crêtes, on capte Franck en radio, ils viennent de décoller de Véro et filent vers le Sud, nos chemins vont se croiser !

Avant cela, il nous reste une dernière crête à franchir avant d’attaquer la transition de la vallée du Taravo. Encore une fois la crête Est fonctionne comme dans les livres. Et on peut attaquer la transition pendant laquelle une sorte de confluence bienvenue en plein milieu de vallée va nous faciliter la tâche.


A 3000m, avant d’attaquer la transition de la vallée du Taravo, on a réussi !

 

 

 

On retrouve Franck au dessus de la station d’Ese, c’est la folie, il y a la moitié des parapentistes d’Ajaccio qui ont décidé de tenter l’aventure vers le Sud. Franck veut tenter Porto Vecchio en Compagnie de Vlado. Nous, nous visons le retour à Véro et pourquoi pas jusqu’à la plage de la Liscia au Nord d’Ajaccio histoire de se rafraichir. Je promets une bonne pizza à Franck s’il nous rejoint à la plage. Y a rien de tel pour l’appâter…

On retrouve rapidement la vallée de la Gravona et la fin de l’itinéraire « classique » du tour de vallée. Transition jusqu’à Vero, plaf au Sant’Eliseo. Direction la plage, la crête ne donne rien, je file directement contre la brise, c’est limite en finesse, je poserais à 100m de la plage.


La plage de la Liscia

 Guillaume me rejoins 15 minutes plus tard. Direction le resto pour fêter ça ! En radio Franck nous prévient qu’il a fait demi-tour pour ne pas risquer une vache improbable au plateau du Coscione et qu’il ne va pas tarder à nous rejoindre à la plage. Infaillible le coup de la pizza…

Vol : Bavella Liscia : 53km, 3h15, plaf max 3150m

La trace : http://www.victorb.fr/visugps/visugps.html?track=http://www.victorb.fr/visuigc/21082012_195113_bavella_tiuccia_gpx

Déco le lendemain de Véro, même parcours en direction du Monte d’Oro puis cap au Nord. Franck ouvre la route suivi de Vlado et François, je traine derrière. Encore une fois c’est grandiose, on survole la vallée de la Restonica et ses deux lacs Melo et Capitello puis la vallée du Tavignanu.


 

Les lacs de Melo et Capitello dans la haute vallée de la Restonica

 

 

Au loin, à l’Ouest, on aperçoit Porto, devant nous, la Paglia Orba et le Monte Cinto, les deux sommets emblématiques de la Corse nous tendent les bras.


François sur fond de Paglia Orba (à gauche) et Monte Cinto (à droite)

 

 

Je sors du nuage à 3800m, mon record ! et débouche face au Cinto, c’est irréel. D’ici on voit le cap Corse et même des congestus en train de se former sur le continent. Franck nous attend au plaf au dessus du Cinto, le temps de le rejoindre il est déjà parti en direction de Bastia. Vlado et François suivent derrière. Je tente de suivre Franck mais me fait piéger par le Nord qui commence à nous contrer, je pose dans la vallée de Calacuccia, contré par la brise, sur un atterro assez médiocre mais en Corse il ne faut pas être trop exigeant. Franck ira jusqu’à Bastia, Vlado et Francois jusqu’à l’île Rousse en Balagne. Pour me consoler, j’ai repéré un petit torrent avec des vasques limpides avant d’atterrir…délicieux comme disent certains ;)


Une petit baignade rafraichissante…

 

Vero Cinto : 51km, 3h15, plaf max 3800m (mon record), 5 étapes du GR20 survolées

Trace :

http://www.victorb.fr/visugps/visugps.html?track=http://www.victorb.fr/visuigc/21082012_201209_Vero_Cinto_gpx

 

Toutes les photos :

https://picasaweb.google.com/110703469367746399880/LeGr20ParLesAirs?authuser=0&authkey=Gv1sRgCLPe0ZeClKiRNg&feat=directlink

 

De retour à Marseille ce matin (mardi 21/08), les prévisions sont plus qu’encourageantes pour demain à la Sainte et je viens de recevoir un message de Jean-Mi qui m’annonce que l’accès est de nouveau autorisé…que la fête continue !

 

 Tristan 

 

****************************************

Commenter cet article

Tom 25/08/2012 21:07


Super le détail de l'expedition. Ca donne aux neophytes une meilleure compréhension d'une aventure parapentiste.


 


Bravo

gao 25/08/2012 11:40


Merci Tristan pour ces belles photos! Encore un endroit magnifique pas très loin d'ici.  


Pinaise, le déco de la crête des aiguilles de Bavella!!! Plouf interdit!  

pascal 25/08/2012 08:30


Honte à toi, fourbe... devenu professionnel!


N'aurais-tu pas pu inviter tes amis fourbes pour participer à tes fourbignasseries corses?


...Plus sérieusement, les photos sont magnifiques: dommage qu'il n'y en ai pas plus ; quant aux vols, ils relèvent
de l'exeptionnel vu les conditions en l'air ...& au sol (très engagé): BRAVO!!

jml 24/08/2012 17:47


Je ne connais rien de ces territoires mais il me semble que ça fait beaucoup de crêtes survolées en un minimum de temps. Le Tristan 2012 est efficace.


Une qualif Bi + 2 vols en bi  posés à la plage d'Aguines + un beau bouquin. 


La pêche l'ami 

Bams 24/08/2012 14:52


Mais c'est un festival de bons articles cet été !