Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Raymond d'après Gao

Mon ressenti du vol d'aujourd'hui : des thermiques puissants, du vent d'Est/Sud-Est quasiment à tous les niveaux et certains thermiques vraiment très turbulent : Je me suis fais sacrément remué sur Concors.

Heureusement la suite du vol s'est bien passée:

On part à 3 et à la bourre (JMR, l'Embrouille et moi), après un déco tardif (14h15) puis longue et laborieuse extraction de la sainte direction plein nord.

JML parti très tôt doit être déjà loin, mais je ne l'ai jamais entendu à la radio. Seul NicoC, parti une bonne heure avant nous, parle et donne sa position régulièrement. Pas loin devant nous, il y a le Bauju  

A Peyrolles, je lâche déjà JMR et l'Embrouille plus haut et plus loin que moi. Je zone à 1400m-1500m un bon moment au dessus du village en me demandant ou aller. JMR part sur Pertuis, l'Embrouille vise le Luberon. 

Il est 16h passé, c'est tard et on est vraiment pas loin. C'est décidé : demi tour et re-tentative pour rentrer sur la sainte (la semaine dernière j'ai fini dans les Ubacs... )

Entre Jouques et Vautubière, une voile orange vient de poser. C'est le Bauju. Je pense à ce moment là que je vais poser avec lui car je ne suis plus qu'a 1200m et bien contré pour aller sur lui.

Coup de chance : THE thermique. puissant mais pas très grand, j'arrive à 1800m et commence alors une hallucinante session d'enroulage avec un aigle?? Plusieurs tours on reste ensemble, on tourne dans le même sens, on vole à la même vitesse, on décale pareil. 




Je ne regarde plus que l'aigle et va ou il va, me fiche de ma dérive et du son de mon vario. C'est mon guide pour le moment.




Sûrement lassé de moi, piètre parapentiste que je suis, il me quitte. Je me rends compte que la dérive du vent m'a bien éloignée de la Vautubière.

Je m'avance de nouveau vers elle et trouve assez vite de quoi faire mon meilleur plaf à 2450m.  




Vu ma faible vitesse face au Sud-Est je prends l'option de ne pas cheminer sur Vautubière en direction de Rians comme la dernière fois mais plutôt de couper directement sur la plaine de Jouques pour rejoindre directement la Sainte. Et au pire, si ça foire, je poserai au bord de la route qui va de Jouques à Rians




Bingo : Accéléré au 1er barreau pendant quasi toute la traversée, je n'avance pas vite mais ne perds presque rien. 




Une genre de confluance peut-être avec la brise d'Ouest et le vent d'Est??

Parti à 2450m de l’extrémité nord de Vautubière, je passe les Ubacs à 1600m 




Cette fois, c'est gagné! Je ne poserai pas au milieu de la foret des Ubacs mais à Puis d'Auzon !





3h30 de vol assez fatigant pour peu de kilomètres parcourus mais vraiment très plaisant.

Et les JML, William, JMR, Régis, NicoC, Patrice et les autres, qu'avez vous fait et comment vous avez trouvé cette journée??

Mon p'tit doigt me dit que le JML il est allez loin...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gao 30/05/2011 22:35



C'est vrai que le Luberon donne envie d'y aller. Sacré belle montagne mais la plaine à traverser pour y arriver semble interminable.


Effectivement au début du vol, j'allais poser au circuit du Sambuc. Un petit moment de doute donc sur Concors : a hauteur de la montagne sans pouvoir avancer face au vent Sud-Est mais sans
descendre non plus. Le thermique qui m'a remonté de la était le plus turbulent que j'ai enroulé depuis longtemps.


L'appel du NicoC  : Ben oui, il est pas dans mon équipe mais j'allais pas le laisser dormir dans son aile au sommet de Lure quand même?


A sa place, ca aurait été je sais pas, Le Bauju par exemple... ben pareil, j'aurais pas hésité une seconde : il aurait dormi là bas 


JML : waaahh, aussi loin seul avec un ciel bleu pareil


Bamsou : ca a bien volé le soir à l'Ouest? parce qu'au col des portes à 18h, y'avait bien 15Km/h d'Est régulier.



Willy 30/05/2011 21:11



Une bonne heure de bagarre pour m'extraire avec 1700 / 1800 m . Aux Ubacs je me refais gentillement à 1400 . J'aperçois Gael et JM'air en
dessous qui sont si bas que je pense qu'ils vont se vacher du coté du circuit et au pied de Concors . Mais les 2 bougres ont de la ressource et vont se refaire avec
panache . Moi je file sur peyrolles avec 2000 m de plaf environ et une petite dérive plutot Sud et je rate un beau pétard mais pas sa dégeulante ..... au dessus des gravières
entre les 2 lacs . Dépité je saute la Durance et continue sur la Tour d'aigues ou je me retrouve entre 1200 et 1500m avec du Sud Ouest . C'est probablement là que je fais l'erreur du vol . Je
sens bien que je dois suivre cette dérive qui me surprend un peu en direction de Manosque . Mais une barbule plus au Nord , (la seule du vol qui va disparaitre avant de l'atteindre évidement
), et Nico déjà sur St Michel l'observatoire vont me perturber . A 1900 sur la vallée c'est Beyrouth avec des cisaillements assez costauds mais je persiste vers le Lubéron que je compte sauter
comme un mouton . Niet , ce sera une belle vache au dessus de Vitrolles en Lubéron , un petit village charmant , mais bonjour le stop dans le coin ...... Il faudra que je cueille du gui dans
un arbre à Grambois sur une route paumée pour enfin enchainer 3 voitures d'affilée sans attente jusqu'à la mienne . Comme quoi il faut parfois savoir provoquer la chance . 



L@urent 30/05/2011 21:10



Quelqu'un connaît-il l'espèce de rapace prise en photo?


Nous avons les mêmes à la Sainte Baume.



Nicoc 30/05/2011 19:53



https://picasaweb.google.com/NicoC.et.Sophie.R/Pictures?feat=directlink


 


 



Nicoc 30/05/2011 19:52



Eh bien que dire de cette journée : des thermiques et du vent = conditions musclées c'est le moins que l'on puisse dire ....


Sinon je me suis payé une petite ballade depuis le sommet de Lure jusqu'au petit village de Mallefougasse  soit une bonne heure et demi de marche. J'en ai profité pour repenser à
ce petit thermique que je prend au pied de Lure et qui me derive gentiment au dessus de la forêt. A sa base je me suis dit qu'il fallait bien s'appliquer pour ne pas le perdre bien evidement
c'est au point de non retour que le machin m'écchappe ... il me reste alors deux solutions : une longue glissade les pieds dans les arbres voire tout entier avec la voile dedans ou un bel
alpage recemment deboissé... c'est donc lui qui m'accueille avec douceur.


Lapalissade :


Quand le plaf est de 1500m inutile d'essayer de passer un montagne dont le sommet est de 1800m


Une pente  faible ne génère pas d'appuis dynamique encore plus quand la brise est de travers.


 


Pour finir un grand merci à Gael qui me fait une recup du tonnerre à Peyruis