Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Frigorifix

Il y a dix jours, mon pote Christophe est descendu de ses montagne, voiles de speedriding et ski sous le coude pour tâter du speedflying dans la région. On peut dire qu'il aura été servi : en l'espace de 11 jours, on aura volé 9 jours, essentiellement en Awak et en Pil-Pit (hormis un biplace du Pic des Mouches) et on aura écumé pas moins de 9 sites de la région :


- speedlfying en Awak et Pil-Pit au Cengle sur deux jours (thermiques et aller-retours),

- speedflying au Garlaban en Awak, aussi sur deux jours (thermiques et mini-cross),

- speedflying au Mont-Rose en BiAwak et en Awak solo (waggas endiablés),

- speedflying à l'Escalette à deux reprise, toujours en Awak (dont une restit' d'anthologie),

- un plomb à La Cadière !

- speedflying en Pil-Pit au Col de la Gineste,

- speedflying en Pil-Pit à Sicié (voile contact sauvage !)


Et hier on a terminé son séjour par une journée marathon de Marseille à La Ciotat :

Debout à midi, cap sur le Mont-Rose pour commencer les hostilités en Awak sur le déco Ouest, grosse session de waggas et d'élagage . Puis petite rando jusqu'à l'Escalette pour faire une demi-heure de plus d'Awak. Ensuite, on file vers l'ojectif de la journée (objectif qu'on a en ligne de mire depuis déjà deux jours, les yeux rivés sur le SO annoncé par MétéoBlue) : Le Sémaphore de la Ciotat.

En route on fait une pause au Col de la Gineste : 55km/h d'Ouest avec des rafales à 65... on hésite un peu, on voudrait pas arriver en retard pour notre rendez-vous avec le virage Ouest vers SO au Sémaphore... Mais l'occasion est trop belle ! On sort les Pil-Pit 13 et c'est parti pour du soaring bien turbulent. Le temps de mettre les voiles en boule dans le coffre, on file vers La Ciotat.


Arrivés au déco, c'est violent... On hésite pas mal, on descend sur la ligne de crête pour retrouver des rafales à 65km/h. On tourne un peu en rond en évaluant le danger de sortir les Pil-Pit 13 : Si on ne tient pas, aucune chance de raccrocher un quelconque atterro de secours sur la crête et il faudra aller se poser dans la mer qui est bordée de falaises...  C'est pas gagné ! On fini par prendre notre courage à deux mains, on se débarrasse de toute notre léectronique embarquée "au cas où" et on décolle en Pil-Pit 13. Ça marche ! On peut faire notre premier vol dans de l'huile, prendre 200m et aller jusqu'à la pointe de la falaise à l'Ouest. Au retour, on s'inquiète un peu du posé (avec une telle force de vent le rouleau nous semble pouvoir remonter assez haut)... Et pourtant ça sera une formalité. Le temps de troquer nos Pil-Pit pour les Awak 14 et 16 et on se remet en l'air. Cette fois la prise d'altitude est incroyable, plus de 400m par rapport au déco (750m d'altitude au dessus de la mer), et on peut enchainer les aller-retours en allant jusqu'à la plage de Cassis à l'Ouest et jusqu'à la Calanque de Figuerolles à l'Est. Le soleil décline et les falaises s'embrasent, on flotte depuis 2h30 tantôt en pleine mer, tantôt sur les crêtes... le froid commence à se faire sentir, on pose (oreille et accélérateur obligatoire tellement le dynamique veut nous maintenir en l'air).


Vous pouvez retrouver un DIAPORAMA ICI


J'ai des dizaines d'heures de vidéo de cette semaine, il ne me reste plus qu'à trouver le temps pour faire un petit montage !

 

 

http://soaring13.free.fr/sem/P1010114.jpg

 

 

http://soaring13.free.fr/sem/P1010092.jpg

 

 

http://soaring13.free.fr/sem/P1010096.jpg

 

 

http://soaring13.free.fr/sem/P1010043.jpg

 

 

 

 

 

http://soaring13.free.fr/sem/P1010118.jpg

Commenter cet article

ksuxcle 04/04/2010 17:23



t'énerve pas fridge !! je te titille un peu. D'autan que c'est pas la surface qui compte ! y a qu'à regarder les ailes des planeurs...



Frigorifix 04/04/2010 17:09



C'est certain que pour faire 150km, on aura du mal en Awak, mais il s'est déjà bouclé des triangles de 45/50km avec et je pense que sur des journées bien instables, sur des sites où les pilotes
sont coincés au déco par les passages thermiques trop puissants, tu peux surement trouver quelquechose à faire...


 


 


Et puis au final au printemps, tu te rends compte que c'est souvent largement aussi marrant de faire du thermique en 16m² quitte a faire moins de distance plutôt que de faire quelques bornes de
plus sous un engin moins ludique.


 


(et histoire d'en remettre une couche, la très très grande majorité des pilotes ne fera pas 150km cette année et volera en local... avec une mini-voile dans son équipement, ce genre de pilote
volera probablement 2 fois plus qu'avec un simple parapente et encore quand je dis deux fois, je minimise en tenant compte du commun des mortels qui ne peut pas voler toute la semaine). Après
pour avoir un retour, si tu demandes à Alban ou Clément qui sont sous Awak 16 depuis quelque temps... Je pense qu'il n'ont plus beaucoup touché à leur parapente et qu'ils en s'en plaignent pas.
Ça ne les empêchera pas de ressortir les bâches pour crosser, mais finalement être assis sur sa bâche de 26m² quand tu peux faire Cassis - Figuerolles toute l'aprem avec 16m²...



ksuxcle 04/04/2010 16:25



ouais.... faut quand même pas exagérer. les petites surfaces c'est bien pour les vols locaux l'hiver mais pour les cross de printemps c'est pas la meilleure arme !


Donc c'est bien pour faire mumuse mais pour les vrais vols, j'attends que tu me tapes 150kil !


 


 



mo 04/04/2010 12:04



magique !!



Frigorifix 03/04/2010 22:05



Franchement, dans notre région, les petites ailes sont reines. Je suis en train de faire mes statistiques 2009, mais à première vue, il y a eu nettement plus de créneaux pour ces engins que pour
les parapentes standards... (encore plus flagrant quand on voit que les petites peuvent voler quand les grandes volent sur beaucoup de sites - Ouest Sainte, Sicié, tous sites thermiques.... -
alors que les parapentes ne peuvent souvent pas voler dans les conditions extrêmes des mini.